Œuvre d’art

Qu’est-ce qu’une œuvre d’art ?

Sur ArtPhotoLimited, toutes les photographies mises en ligne sont des œuvres d’art, sélectionnées par notre équipe.

Plusieurs définitions d’une œuvre d’art dans le domaine de la photographie existent, chacune avec un prisme différent. Sur ArtPhotoLimited, nous considérons que ces définitions sont complémentaires et ne sélectionnons que des photographies qui satisfont à toutes les définitions :

  • La définition légale d’une œuvre d’art
  • L’œuvre d’art définie selon l’originalité de la photographie
  • L’œuvre d’art définie en fonction de la qualité de l’impression

La définition d’une œuvre d’art

En droit français, il existe une définition légale très précise concernant la photographie. Aussi étrange que cela puisse paraître, cette définition est issue du Code des impôts, sans doute car la fiscalité sur les œuvres d’art est spécifique.

Pour être précis, il s’agit de l’article 98A de l’Annexe III du Code Général des Impôts :

« Sont considérées comme œuvres d’art les photographies prises par l’artiste, tirées par lui ou sous son contrôle, signées et numérotées dans la limite de trente exemplaires, tous formats et supports confondus »


Ce qu’il faut en retenir

  • Les tirages sont limités à 30 exemplaires, tous formats confondus. L’idée est de trouver un juste équilibre entre, d’une part, le concept d’une œuvre unique qui prévaut dans les autres champs de l’art, tels que la peinture ou la sculpture, et d’autre part, la légitimité du photographe à tirer sa photographie à plusieurs exemplaires. Dans le domaine de l’art, la rareté est un concept important et c’est pourquoi la plupart des artistes photographes limite le nombre d’exemplaires par photographie à 5, 10 ou 15, c’est-à-dire un nombre bien inférieur à la limite légale autorisée ;
  • L’artiste doit contrôler le processus d’impression. C’est essentiel pour 2 raisons :
    • La plupart des photographies est aujourd’hui réalisée avec des appareils numériques. Cela permet aux photographes de les visualiser avant l’impression et d’éventuellement les retravailler. Pour ce faire, ils utilisent un profil colorimétrique (souvent appelé profil ICC). Il est donc essentiel que le profil qu’ils utilisent soit identique à celui utilisé par le laboratoire qui va imprimer les photographies ;
    • Entre la photographie, et le tirage, il y a une étape essentielle : l’impression. Pour les œuvre d’art, l’impression doit être réalisée par un laboratoire spécialisé dans les tirages d’art. Il est essentiel que le photographe choisisse la technique d’impression et le papier le plus adapté à sa photographie.
  • Chaque tirage doit être signé.


Et sur ArtPhotoLimited ?

  • Nous demandons aux photographes de limiter les tirages à 30 exemplaires maximum, tous formats confondus. Dans le respect de cette limite, chaque photographe est autonome pour déterminer le nombre exact de tirages de la série.
  • Nous demandons aux photographes de sélectionner, photographie par photographie, la technique d’impression ainsi que le papier à utiliser. Cela permet de garantir que la photographie sera imprimée par notre partenaire Picto dans les meilleures conditions. Situé à Paris et créé en 1950, Picto est le laboratoire français de référence pour l’impression des œuvres d’art.
  • Nous demandons aux photographes une signature qui est apposée au verso des tirages photographiques.

Qu’est-ce qu’une œuvre originale ?

Depuis son invention dans les années 1830, la photographe se plait à naviguer entre les thématiques : portrait, paysages, documentaire, reportages…

Il serait donc vain de définir l’originalité d’une photographie à certaines thématiques spécifiques comme le portrait ou le paysage. En effet, à quel titre une photographie de documentaire ou de reportage ne pourrait-elle pas être considérée comme une œuvre d’art ?

Il est à ce titre intéressant de constater que de telles questions ne sont jamais posées pour la peinture ou la sculpture, comme si le simple fait d’utiliser un support « artistique » (le tableau par exemple) serait de nature à conférer automatiquement à la production le statut d’œuvre d’art.

Dès lors, quels critères utiliser pour définir si une photographie est une œuvre d’art ou non ? Plutôt qu’utiliser des critères esthétiques, l’originalité de la photographie nous semble être le critère le plus pertinent, bien qu’il ne soit pas toujours aisé de définir ce concept.

L’originalité d’une photographie se traduit par le fait que la photographie porte « l’empreinte de la personnalité de l’auteur » ou a minima « une marque d’apport personnel » du photographe (voir l’excellent article paru dans Artpress numéro 42 intitulé « L’originalité photographique, inadéquation de l’art et du droit »).

Ainsi, comme l’exprime Emile Zola, « la définition d’une œuvre d’art ne saurait être autre que celle-ci : une œuvre d’art est un coin de la création vu à travers un tempérament ».

Pour un photographe, il existe de nombreux moyens de faire ressortir sa « personnalité d’auteur » sur une photographie. Voici quelques exemples qui sont loin d’être exhaustifs :

  • Sur un portrait, il peut s’agir de la mise en scène utilisée et notamment de la pose, de l’éclairage, du choix de l’angle de vue…
  • Sur une photographie de concert ou une photographie sportive, les choix esthétiques du photographe sont également essentiels, autant en matière d’angle de vue que de saisie d’un instant particulier ;
  • Sur une photographie de rue, pour le photographe, il peut s’agir de saisir une atmosphère, un instant particulier, une personnalité… On pourra parler d’œuvre d’art humaniste ;
  • La force d’une photographie de reportage, cela peut être de résumer de manière évidente une problématique, une situation, un état de faits, tel que perçu par l’artiste photographe. On pourra ici parler d’œuvre d’art engagée.

La qualité d’impression

Bien qu’étant souvent numérique (même si certains photographes continuent d’utiliser la photographie argentique), une photographie a besoin d’un support pour exister en tant qu’œuvre d’art.

Les techniques d’impression réservées aux œuvres d’art sont bien spécifiques et c’est la raison pour laquelle certains laboratoires se sont spécialisés dans l’impression d’œuvres d’art.

Notre partenaire, la laboratoire Picto est le laboratoire français de référence pour l’impression des œuvres d’art depuis 1950.

En matière de tirages d’art, plusieurs techniques d’impression sont possibles : l’impression argentique et l’impression pigmentaire :

  • L’impression argentique est la descendante naturelle du tirage photographique traditionnel. Elle permet de combiner la tradition historique avec les technologies numériques modernes et rapides.
  • L’impression pigmentaire est un procédé d’impression par jet d’encre. Avec les technologies d’impression récentes ; cette technique d’impression offre aujourd’hui un rendu supérieur à celui de l’impression lambda.

Une fois réalisé, le tirage doit être inséré sur un support permettant de l’accrocher au mur. Il existe 3 types de supports pour les œuvres d’art :

  • Le cadre, avec une marie-louise, pour les petits et moyens formats ;
  • Le contre-collage sur de l’aluminium pour les moyens et les grands formats. Les plaques d’aluminium permettent de rigidifier le tirage et ainsi d’assurer une meilleure conservation dans le temps ;
  • Le contre-collage aluminium et la caisse américaine. En sus du contre-collage, le tirage s’insère dans un cadre en laissant un espace entre le cadre et la photographie.